WhatsApp Image 2017-10-08 at 22.01.02

356C Coupe - 85000€

Livrée neuve dans le Connecticut le 28 Juillet 1964, cette auto a eu 3 propriétaires avant de traverser l’atlantique en 2017. Le second propriétaire résidait dans le Michigan, et le troisième propriétaire également. Ce dernier acheta l’auto le 23 Janvier 1988 et l’a fait complètement restaurée en 1993. A l’issue de la restauration, elle gagna un concours du club 356 et ses notes sont toujours dans la boite à gants. La voiture a peu roulé depuis, environ 3000 kms, portant le total à 185000 kms. 

 

Sortie de l’usine dans un joli bleu bali 6412, elle fut repeinte lors de sa restauration en noir 6413, rare et élégant. La voiture a été décapée intégralement pour la restauration carrosserie. Le décapage avait révélé une caisse très saine, sans accident. 

 

La mise sur le pont confirme une caisse très saine, non blasonnée à outrance et dont l’examen ne permets pas de déceler une trace d’un éventuelle accident majeur. Il semblerait qu’un demi plancher ait été remplacé sur l’avant, mais nous ne pouvons le certifier et quand bien même cela a été réalisé avec soin. Nous n’avons repéré aucune zone de corrosion ou de mastic dans les soubassements. 

 

La peinture date de 1993 et reste de belle facture. Il y a quelques défauts d’usage (gravillonnage léger repris au pinceau sur l’avant) et quelques micro-bulles sur deux bas d’ailes. Les ajustements sont tous très bon sans exception.

 

L’intérieur a été intégralement refait en cuir lors de la restauration de 1993, avec un cuir perforé pour la partie centrale des sièges. Le volant d’origine a été remplacé par un très beau Les Leston 390MM en bois, en parfait état. 

 

Le moteur est bien celui d’origine, certificat Porsche à l’appuie. Lors de sa refection en 1993, il a été refait en 1720CC, il ne fuit pas et ne fait pas de bruit particulier. Les carbus sont bien les Zenith 32 NDIX d’origine; l’allumage est bien le système Bosch d’origine également. Le démarreur a été changé en 2017 par l’ancien propriétaire. 

La boite est bien matching également, elle a été révisée en 1992 et fonctionne parfaitement sans présenter de fuite. 

 

Notre 356 est toujours en 6V, une batterie neuve Porsche Classic vient d’être installée, toute l’instrumentation fonctionne à l’exception de l’horloge qui a été déconnectée pour ne pas recharger inutilement la batterie. Toute l’électricité est fonctionnelle. La voiture dispose d’un verrouillage à clef du levier de vitesse (option d’époque), d’un autoradios Blaupunkt Frankfurt et d’une antenne Hirschmann, de sa trousse à outil d’origine et de la copie de la carte grise d’origine.   

 

Lors de son arrivée dans nos locaux, l’auto a démarré sans encombre et a très bien roulé, par acquis de conscience, nous avons refait l’allumage ainsi qu’une vidage et le filtre. Afin d’améliorer un peu sa tenue de route, nous avons également remplacé les silents blocs de trains avant et les amortisseurs arrières qui semblaient fatigués. 

 

Bien que produit en grande série, acheter une 356 n’est pas chose simple. Beaucoup d’autos ont été mal restaurées ou mal entretenues, et il nous a fallu du temps avant d’acquérir cette auto. Passionnés de voitures anciennes au sens large, cette 356 reste la première en état que nous avons eu la chance d’acquérir en dix années de métier. Nous n’avons pas suffisamment de recul pour l’instant pour conseiller notre clientèle entre les différents modèles ou porter un avis éclairé sur le marché. 

(C) MDRH - Crédit graphisme: Idgraph

 

"Fall seven times, stand up eight". Proverbe Japonais